Relégué de P2B la saison dernière, Vaux-sur-Sûre avait dû chambouler son noyau avec l’arrivée de onze joueurs et un nouveau coach. De quoi susciter quelques interrogations, renforcées par la lourde défaite (0-4) concédée contre Sainte-Cécile lors de la journée initiale.

Huit mois plus tard, force est de constater que ce revers est bien loin et que la sauce des Étoilés a très bien pris. Parmi les clés de ce succès, un attaquant emmené dans les valises de Georges Spoiden, Ousmane Savane. Inconnu lors de son arrivée, le buteur guinéen de 22 ans a vite fait l’unanimité chez les Étoilés. Auteur souvent du meilleur, parfois du pire, Oussi a planté 30 roses cette saison.

Le principal intéressé n’est lui pas tellement surpris. «Quand on est arrivé ici, Georges m’a directement dit que l’objectif était le titre, se rappelle-t-il. Il nous a poussés dans ce sens-là. Mes buts? Le président m’avait demandé de marquer 21 buts Au final, ça va, ce n’est pas de trop (rires). Mais j’espère encore marquer dans les deux derniers matches

Georges, son père spirituel

Georges comme il l’appelle, c’est son entraîneur Georges Spoiden. Plus qu’un coach pour lui. Originaire de la Guinée Conakry, le sympathique attaquant a débarqué seul en Belgique en 2011 pour fuir la guerre. Après un séjour au centre de réfugiés de Bastogne, Ousmane Savane a été aidé par Georges Spoiden. «Il m’a pris sous son aile, il m’a aidé à m’installer, à m’intégrer et à rencontrer beaucoup de gens, souligne la flèche guinéenne. Au foot, c’est un peu mon père spirituel. Il m’a appris beaucoup de choses, au niveau du placement et de jouer plus simplement, car j’ai tendance à trop tricoter (sourires). J’ai joué en P2 à Tavigny avec lui et quand il a décidé de venir ici, je l’ai suivi sans hésiter

Une décision qui le réjouit, surtout que l’expérience avait tourné court à Tavigny. «Cela avait bien commencé, j’étais bien avec le groupe, mais quand Georges a quitté le club, je n’ai plus joué. De toute façon, j’ai besoin de lui pour avancer», glisse-t-il rapidement.

Du stresset 90% de confiance

Malgré un lien très fort, Oussigoal ne suivra pas son entraîneur à Houffalize. «C’est une grosse déception qu’il parte, admet le buteur. Cela a d’ailleurs joué sur mes deux derniers matches, où j’ai été muet. Cela me stresse un peu, mais ça va aller. Grâce à Vaux, j’ai retrouvé mon niveau. Je me plais bien ici, l’ambiance est excellente, je me sens en confiance et je suis entouré de bons joueurs, donc j’ai décidé de rester. »

En continuant à Vaux, il espère redécouvrir la P2 dès la saison prochaine. Le nul contre Chaumont n’entravant pas sa confiance. «On a réalisé le match qu’il fallait, mais c’est le foot. L’équipe en face était très bonne aussi, relativise Ousmane Savane. Je suis quelqu’un de positif, donc je suis à 90% sûr qu’on sera champion! Je ne sais pas ce qui se passera contre Muno, mais je suis confiant. Allez, je pronostique un 2-1 (sourire)

Avant ça, il faudra aller gagner à Cobreville le 6 avril.