Oui, elle a fait du bien, mais le terrain était à la limite du praticable, ce n’était pas vraiment du foot. On a vu plusieurs joueurs continuer leur course sans leur ballon, calé dans la boue. Faire une passe était vraiment difficile. À partir du 0-1 en seconde période, ça a été plus facile. On aurait pu en mettre plus, mais on ne marque pas si facilement…

Contrairement à Sainte-Cécile qui a planté 92 buts, bien plus que les 57 de Chaumont, non ?

C’est la grande différence entre nous et Sainte-Cécile ou Muno. Les deux buteurs céciliens comptabilisent plus de vingt buts, alors que le nôtre, Maxime Marquet, tourne à un peu plus d’une dizaine, dont une partie de penalties. Mais nous, on a une bonne défense. À l’aller, on a gagné 0-2 là-bas. Nos défenseurs avaient su tenir les attaquants, mais ça remonte en septembre, c’est loin.

Sur quelles qualités Chaumont devra-t-il compter ?

Notre truc, c’est d’essayer de produire du beau jeu, se créer des occasions par une circulation de balle assez rapide. Mais vu l’état des terrains actuellement, même si je n’ai pas été voir le nôtre, faire tourner le ballon à terre sera très difficile. Il faudra sans doute s’adapter, ne pas jouer trop court, et pour ça, on a des défenseurs, comme Jordan Schinkus, capables de longues balles précises. Et il nous faut souvent plus d’occasions pour marquer que Sainte-Cécile. Mais on a les qualités pour les battre et l’équipe est au complet, en dehors de Benjamin Mathu. Il faudra que ça tourne assez vite, car l’équipe est jeune et peut perdre les pédales si ça ne va pas.

À huit matchs de la fin, cette confrontation est capitale pour le titre, non ?

Si on perd, on sera très mal embarqué pour le titre. Même s’il faut y croire tant que c’est possible mathématiquement. Enfin, c’est plus les joueurs que moi (sourire). Mais pour moi, je le pense depuis leur victoire 2-6 chez nous, le titre reviendra à Muno.¦